Bec Fer et Francis

 

2002 :

J'ai connu les plaisirs du "Bateau Bois" lors de ma première route du cidre en 2002.

La fête à peine finie, il me fallait un bateau en bois, mais je n'y connaissais rien, et je ne savais pas dans quel monde je mettais les pieds, enfin je trouve Bec Fer et l'achète sur un coup de coeur......


2003/2004 :

 

Je l'ai vu la première fois à Mont Marin sur la Rance....Canot breton de style paimpolais,voile au tiers en coton, bref : il est beau !!!

Le ramener jusqu'au Guildo fut le premier "exercice de style" de l'histoire "Bec Fer et Francis", en effet n'ayant pas de moteur, j'en trouve un d'occasion pas trop cher, mais....

Avec les amis nous avons cru que nous n'arriverions jamais au barrage de la Rance : ils avaient ouvert les "vannes"

Et avec un courant "terrible" dans le nez, le pauv'vieux moteur 9.9cv donnait tout ce qu'il pouvait mais c'était à peine suffisant, en fait nous reculions .....

Enfin nous arrivons au barrage, le passons, et après... tout va bien, première ballade sur l'eau avec mon bateau......c'était trop beau !

Arrivés en vue de St Jacut le moteur, qui donnait depuis quelques temps des signes de faiblesse, n'en pouvait plus et finit par rendre l'âme, en vitesse on arrive à prendre un mouillage au Châtelet, et finissons notre voyage en annexe.

le week-end suivant tant bien que mal le moteur repart et nous atteignons avec peine un mouillage à La Garde mais pas plus loin !

Nous ne sommes pas encore au Guildo !!!

En fait nous y arriverons tracté par la SNSM de St Cast.

Enfin il arrive au Guildo !!! Mon ami Didier (du Ch'Nord) m'aide à l'échouer.....

Au début j'ai voulu lui donner un petit coup de jeunesse en refaisant la peinture et l'anti-fouling, donc ponçage et mise à nu du bois :

Travaillant en région parisienne, à cette époque, je m'en suis plus ou moins occupé : beaucoup les premiers week-end et ensuite un peu moins.....mais voilà il fallait bien finir un jour et le remettre à l'eau :

Que se passe-t-il ? Mon bateau ne flotte plus, mais coule.....

Première leçon : un bateau en bois sèche.

 

J'appelle au secours le chantier en face  : Mr CORBEL.

Etat des lieux :

- membrures cassées avec la pression de l'eau à l'intérieur.

- bordées à changer

- calfat à refaire

..............

et on recommence ponçage et peintures.

Et enfin il trouve son mouillage au Port du Guildo :

Seconde leçon : un bateau en bois n'aime pas l'eau à l'intérieur (surtout quand il y en a beaucoup et longtemps)


2005 :

Grande nouvelle : Je fais la route du cidre avec mon Père, on prépare tout : la glacière les bidons d'essence, moteur vérifié, les voiles.....

 

Nous sommes prêts, le départ est donné, mais voilà, encore une péripétie, la goupille de l'hélice casse nette au moment où je démarre le moteur (chose que j'ai su après) je ne comprends pas : le moteur tourne j'accélère avant, arrière, rien n'y fait, il ne bouge pas et la marée qui descend à vitesse grand V....

Et voilà nous sommes échoué dans la vase près de la cale et avons fini notre "Route du Cidre" (déception énorme)

 

 


2008 :

Une saison passe, une autre encore..., et la décision est prise, il faut le remettre à sec pour enlever la cabine, changer le plancher, les hiloires.

Beaucoup de travail en perspective.

Le voilà donc à sec et premières constatations il faut tout reprendre :

- Mise à sec :

- Opération cabine :

Celle-ci étant complètement pourrie, j'ai décidé de la retirer et de ne pas la remplacer, cela me laissera un grand espace sur le bateau environ 4m de long sur 2m de large, impeccable pour la pêche.

Ensuite on enlève les iloires

 En ce qui concerne les fonds, j'ai appliqué une peinture bitumée pour une meilleure protection.

Ensuite un ponçage complet intérieur et extérieur et application du mastic et re-ponçage.

Après ça anti-fouling, peinture...

 

 

Et hop, il retourne à son mouillage jusqu'à l'année prochaine, car nous avons encore du travail

Troisième leçon : un bateau bois demande beaucoup d'attention, il faut s'en occuper tout le temps.


2009 :

Début Août je le sors de l'eau .

Mauvaise surprise une bordée était pourrie, au niveau du trou pour la béquille, côté sur lequel s'échoue le bateau.

il a fallu tailler .....et remplacer en acajou de 2cm d'épaisseur

Ensuite poçage, mastic, re-ponçage et le travail le plus agréable : peinture et anti-fouling.

Et grâce à Dominique et Gildas, cette année j'ai pu avoir un nouveau gréement alors à ma plus grande joie : on change mât et voile, mis en place avec mon compère Ludo :

 

 

Et enfin il va retrouver son mouillage au Guildo :

 

Avouez tout de même qu'il à fière allure.

mais l'aventure n'est pas finie, loin de là, cette année est prévue la pose d'un moteur inboard : un volvo penta diesel MD2B de 25cv.

Quatrième leçon : avec un bateau bois, on a jamais fini de travailler.

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 20/08/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site