Son Histoire

 

 

 

 

voici pour nous donner une vue exacte du site, un article de Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France :

référence au site : http://archives.cotesdarmor.fr/asp/inventaire/saint-cast/

 

Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

inventaire préliminaire

 

 

 


Bretagne, Côtes-d'Armor Saint-Cast-le-Guildo, Port (le)
 

 

Le port du Guildo

Type de dossier : ensemble Date de l'enquête : 2002

Désignation

Dénomination : écart

Compléments de localisation

Numéro INSEE de la commune : 22282
Aire : Communes littorales des Côtes-d'Armor
Canton : Matignon
Milieu d'implantation : en écart

Historique

Commentaire historique : La chronologie des oeuvres repérées s'étend de la 1ère moitié du 17e siècle à la 1ère moitié du 20e siècle. L'histoire du Guildo s'enracine dans une activité maritime et commerciale très ancienne. Situé à l'embouchure de l'Arguenon, à cheval sur les communes de Créhen et de Saint-Cast-le-Guildo, le site fut occupé dès l'époque romaine. Plusieurs vestiges archéologiques, à l'instar des nombreuses tuiles à rebord découvertes à la fin du 19e siècle, témoignent d'une présence humaine dès cette époque. Les sources documentaires de l'époque médiévale offrent davantage d'informations sur le site encore dominé du côté Créhen par le château du Guildo construit au début du 14e siècle. Bien que le quartier du Guildo n'est pas mentionné comme tel, il reste, selon Bernard Tanguy, le cadre d'un épisode de la Vie de saint Jacut composée au 12e siècle. C'est en 1249 que le nom du Guildo apparaît pour la première fois, lorsque Haissia, femme de Bertrand Pagnon de Pléhérel, fait un leg de 4 deniers au port de Guelidou. En 1256, un nouveau leg de 6 deniers est fait au Guelido par Geffroy de la Soraie en Quintenic, puis par Rolland de Dinan en 1304. C'est également au port du Guildo que Jean de Monfort, prétendant à la succession du duc de Bretagne Jean III, s'embarque pour l'Angleterre en 1341. Qualifié de port d'aumône en 1497, le site accueillait dès le 13e siècle les pauvres et les pélerins. Deux hôpitaux fondés par Charles de Dinan dès la fin du 14e siècle étaient effectivement situés sur chacune des rives, l'un situé près de l'ancienne chapelle Sainte-Catherine, l'autre à proximité d'une chapelle dédiée à saint Julien-l'Hospitalier, non loin du château, desservie dès 1620 par les Carmes. Durant toute cette période, la traversée de la rivière était assurée par des passeurs, et ce n'est qu'au cours de la 1ère moitié du 19e siècle que l'intérêt d'un pont franchissant l'Arguenon se fit sentir. En mai 1858 le conseil municipal de Saint-Pôtan formula une demande qui fut approuvée par le ministre des travaux publics en 1860. L'ouvrage fut inauguré par le sous-préfet de Dinan et béni par l'évêque de Saint-Brieuc le 25 mai 1864. Acquis par le conseil général en 1873, il fit l'objet de travaux de consolidation de 1904 à 1906 pour permettre le passage du train reliant Plancoët à Saint-Cast.

Le port du Guildo à l´embouchure de la rivière de l´Arguenon se trouve dans des conditions nautiques qui en font un point d´atterrissage avantageux pour la navigation. C´est un port de commerce actif depuis le Moyen-Age, pour l´exportation des céréales, puis des pommes de terre et des matériaux de construction jusqu´à une époque récente. Ses deux rives, aménagées au cours du 3e quart du 19e siècle (1871-1874), disposent de quais, de perrés et d´un véritable terre-plein, lieu de stockage et de livraison.

Le port du Guildo va bénéficier entre 1864 et 1920 d´aménagements spécifiques, articulant la construction de ponts, de quais, de terre-plein, de dessertes routières et de voie ferrée, avec en 1905, l´intervention de l´ingénieur Harel de la Noë, qui va inaugurer un quai sur voûtes, qui servira de modèle à d´autres ports des Côtes du Nord (Lannion). Un double épi rocheux en amont, récemment re-profilé par les services de l´Equipement, à partir des observations des usagers du lieu, limitée la progression de l´envasement.

La hauteur d´eau au pied des quais atteint 7 mètres en vive eau et 2 mètres en morte eau. Il en résulte que le port est accessible aux navires d´un fort tonnage. L´architecture littorale et l´habitat portuaire du Guildo ont conservé sur les deux rives un caractère patrimonial, avec des maisons construites en pierre de Saint-Cast et/ou en granite de Languebia, dont on peut redécouvrir les anciennes fonctions de résidence (capitaine au long cours et à Terre-Neuve : maison à 2 ou 3 travées, avec 1 ou 2 étages - modestes maisons de marins-pêcheurs, et d´équipements portuaires : maison de passeur, de douanier, de négociant, grenier à sel.

Cet ensemble portuaire, qui a su jusqu´à aujourd´hui conserver ses traits de « port de caractère », mériterait d´être classé et aménagé pour sa reconversion en port de plaisance, si son activité commerciale continuait de péricliter.
Datation(s) principale(s) : 1ère moitié 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècle

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site